Motivation : une histoire d’âge ?



  • Auteur :


  • Plutôt que l’âge, l’expérience ou l’ancienneté professionnelle peut influencer le type de motivation. En effet, La perspective de la retraite, la diminution des chances de promotion et d’évolution professionnelle, peut venir diminuer le « retour sur investissement » attendu par l’individu de son engagement en formation (opératoire professionnel). Il semble plus facile, également, d’accepter une transformation de l’identité professionnelle en fin d’aventure professionnelle (motifs d’ordre vocationnel et identitaire). À l’inverse, une motivation sur un opératoire personnel peut continuer à inciter à un engagement en formation. « Histoire de vie et histoire d’apprenant sont intimement liées », d’après Philippe Carré (2009). Les séniors ne sont pas moins motivés que d’autres, leurs motifs se forgent simplement différemment.

    Les grandes étapes de la vie au travail (Riverin-Simard, 1984) [1]

    La question ne traite pas des raisons de l’adhésion à la formation, des motifs d’engagement en formation, et des « recettes » pour la susciter. Ces raisons sont de plus rarement univoques. Mais on ne peut ignorer les conséquences liées à l’absence de motivation pour le déroulement de la formation elle-même, et des moyens à déployer pour assurer une complétude maximale, notamment en formation non présentielle. Les efforts à consentir traduisent les différences essentielles de stratégies pédagogiques, pour chaque modalité. Ils légitiment la réflexion et le développement de ressources, spécifiques au médium, aux publics, aux objectifs visés.

    [1] Riverin-Simard, D. (1984) Étapes de la vie au travail. Montréal : Éditions St- Martin – Linquier, N. (2004) Efficace à tout âge – Les différentes étapes de la vie au travail, Compte-rendu du colloque organisé le 18 novembre 2003 par l’ARACT, le CREDES et le GIP Qualité de la formation sur les différentes étapes de la vie au travail. – Repères n° 51, Edition du CARIF.

     


    le 17/11/17


  • Tags :